Les promesses de Trump font bondir le dollar

Post with image
  • Depuis l’élection de Trump le 8 novembre 2016, le dollar américain a surperformé toutes les grandes devises à l’exception du dollar canadien, de la livre sterling et du rouble russe.
  • Les politiques promises par Trump, dont d’importantes mesures de relance budgétaire, devraient doper la croissance réelle pour atteindre une fourchette de 2,5 à 3 % à moyen terme.
  • Tant que la croissance mondiale et l’inflation ne reprennent pas de manière plus solide et que les divergences de politiques monétaires et budgétaires ne s’atténuent pas, le dollar américain devrait poursuivre son ascension.

Depuis l’élection de Trump le 8 novembre 2016, le dollar américain a surperformé toutes les grandes devises (voir illustrations 1 et 2 ci-dessous) à l’exception du dollar canadien (la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain pourrait profiter au Canada), de la livre sterling (le Brexit cadre avec la philosophie de Trump et la livre a beaucoup souffert depuis juin) et du rouble russe (M. Poutine est perçu favorablement par Trump). Ces trois devises ont progressé d’environ 1 à 3 % depuis l’élection, tandis que le Broad Dollar Index (TWEXB) et l’euro ont tous deux évolué d’environ 4 % en faveur du billet vert. Les plus mauvaises performances reviennent au yen (les taux à long terme américains sont repartis à la hausse, tandis que les rendements des obligations d’État japonaises à 10 ans sont restés à zéro sous l’effet de la nouvelle politique de la Banque du Japon), à la livre turque (très sensible aux taux américains) et au peso mexicain (le Mexique est une cible directe de Trump en matière d’échanges commerciaux). Ces devises ont chacune reculé de 9 à 10 % face au dollar.

Graphique 1 : performance des grandes devises par rapport au dollar américain en 2016 (du 1er janvier au 12 décembre)

great again FR 1Source : Bloomberg, situation au 13/12/16.

Graphique 2 : performance des devises émergentes par rapport au dollar américain en 2016 (du 1er janvier au 12 décembre)

great again FR 2

Source : Bloomberg, situation au 13/12/16.

Qu’est-ce qui a changé ?

En quelques mots : l’espoir de voir les politiques promises par Trump stimuler la croissance et l’inflation aux États-Unis en 2017.

Les marchés ne se préoccupent pour l’instant pas de savoir si ces espoirs se réaliseront ou non : ils sont actuellement en pleine « lune de miel » avec Trump. Les « esprits animaux » guident les marchés. Par ailleurs, la Réserve fédérale (Fed) a enfin procédé à un relèvement de ses taux.

La croissance réelle américaine est en moyenne d’environ 2 % par an depuis le redressement post-Lehman amorcé en 2009 (voir illustration 3). Les politiques promises par Trump, dont d’importantes mesures de relance budgétaire fondées principalement sur la réduction (non financée) de l’impôt des sociétés et des personnes physiques ainsi que sur de substantielles dépenses d’infrastructure, devraient stimuler la croissance réelle pour atteindre une fourchette de 2,5 à 3 % à moyen terme. Alors que les prix pétroliers se sont stabilisés, l’inflation ne devrait plus tarder à franchir la barre des 2 %, encourageant  ainsi la Fed à normaliser les taux. Selon notre scénario de base, le risque de récession et de désinflation au cours des quelques prochaines années a radicalement diminué, tandis que les risques à long terme pourraient pour leur part augmenter en raison de la menace du protectionnisme et/ou d’une surchauffe de l’économie américaine susceptible de déclencher une inflation, un durcissement plus rapide de la politique de la Fed et des taux d’intérêt significativement plus élevés. On pense donc au cycle classique du boom suivi d’un effondrement. Toujours selon notre scénario de base, le dollar devrait largement progresser en 2017, à la faveur d’une hausse de la croissance, de l’inflation et des taux aux États-Unis.

Graphique 3 : après avoir affiché un rythme annuel moyen de 2 % environ depuis le redressement post-Lehman amorcé en 2009, la croissance réelle américaine devrait, grâce aux importantes mesures de relance budgétaire promises par M. Trump, accélérer pour atteindre une fourchette de 2,5 à 3 % à moyen terme.

great again FR 3

Source : Bloomberg, situation au 12 décembre 2016.

Dans le même temps, d’autres grandes économies risquent de s’enliser dans une croissance et une inflation trop faibles, auxquelles viennent s’ajouter des problématiques spécifiques telles que les questions politiques et les élections en Europe (Brexit, flux migratoires et élections en Italie, en France et en Allemagne), les difficultés persistantes du programme Abenomics et la désinflation au Japon, ou encore la croissance atone de la Chine et des marchés émergents dans leur ensemble. Notre scénario de base comporte certaines incertitudes pour 2017. En effet, les mesures envisagées par Trump risquent de ne pas être pleinement mises en œuvre, des pressions protectionnistes pourraient surgir beaucoup plus tôt que prévu et/ou les marchés financiers (actions, obligations et spreads de crédit) pourraient réagir négativement et perturber les perspectives de croissance avant même que les mesures de relance budgétaire ne commencent effectivement à produire leurs effets.

L’US Dollar Index (DXY) est sorti d’une fourchette de fluctuation relativement étroite de 8 %, qui persistait depuis mars 2015 (voir illustration 4). Au sein des grandes économies du G10, la politique monétaire des États-Unis va vraisemblablement continuer à faire figure d’exception et cette disparité devrait être encore renforcée par la politique budgétaire du pays, puisque les mesures envisagées par Trump vont au-delà de tout programme jugé réalisable ou vraisemblable par ses homologues. Tant que la croissance mondiale et l’inflation ne reprennent pas de manière plus solide et que les divergences de politiques monétaires et budgétaires ne s’atténuent pas, le dollar devrait poursuivre son ascension.

Graphique 4 : le dollar américain est-il sur le point de sortir de sa fourchette de fluctuation étroite pour repartir à la hausse ? (fluctuations de l’US dollar Index de 2002 à décembre 2016)

trump FR 4

Source : Bloomberg, situation au 12 décembre 2016.

Adnan Akant

PhD, Head of Currencies at FFTW

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*