Une hausse des taux américains cette année ? Certainement … quoique

Post with image

Les événements des dernières semaines sur les marchés financiers nous laissent penser que ce n’est pas demain la veille pour le début d’une remontée des taux directeurs aux États-Unis. Et comme nous le savons tous, les petits délais peuvent vite s’allonger….

Dans cet article, nous faisons un point sur la situation actuelle et sur les décisions de politique monétaire que la Réserve fédérale américaine (Fed) va devoir prendre dans les prochains mois, dans l’optique d’une hausse éventuelle des taux directeurs aux États-Unis.

En octobre 2014, la Fed a mis fin à son programme d’assouplissement quantitatif – le plus grand programme de relance économique de l’histoire – par lequel elle a augmenté son bilan de plus de 3,5 billions USD.

La prochaine étape de la normalisation de la politique monétaire pour la Fed est de commencer à relever les taux directeurs actuellement proches de  zéro. Si la Réserve fédérale relevait les taux d’intérêt américains cette année, ce serait le signe  « des progrès que l’économie a fait vers la guérison du traumatisme de la grande crise financière« , a déclaré Janet Yellen, présidente du Conseil des gouverneurs de la Fed, dans son témoignage devant le Comité du Congrès américain des services financiers de la Chambre le 15 Juillet 2015.

Une hausse des taux de la Fed pourrait signaler un tournant majeur pour les marchés financiers

Une hausse des taux d’intérêt par la Réserve fédérale serait le premier changement de taux officiels depuis 2006 et la première hausse des taux par la Fed depuis Juin 2004. Les membres de la Réserve fédérale ont eux-mêmes mis en garde qu’une telle période prolongée de taux d’intérêt ultra-bas pourrait inciter les agents économique à s’endetter excessivement ou à recourir à un effet de levier dans l’espoir d’atteindre les niveaux de rendement espérés.  Il y a donc une certaine appréhension au sujet de la réaction des marchés financiers à une hausse des taux.

Le 15 Décembre 2006, la Réserve fédérale américaine a réduit le taux des fonds fédéraux de 75 points de base pour le positionner dans une fourchette entre zéro et 0,25 %. Il est resté à ce niveau depuis 8 ans et demi – il n’y a pas de précédent pour une période si longue sans changement des taux directeurs dans les vingt dernières années (voir le tableau 1 ci-dessous).

Tableau 1 : l’évolution du taux des fonds fédéraux au cours de la période allant de juin 1995 à juin 2015

redo1

Ces derniers mois, la Fed a beaucoup travaillé pour préparer le terrain pour une première hausse des taux. D’après Janet Yellen, une remontée des taux directeurs serait justifiée par des attentes positives concernant la production industrielle, l’inflation et le marché du travail aux États-Unis en 2015. Pendant son discours devant le Congrès du 15/07/15,  Janet Yellen a même laissé la porte ouverte à une hausse éventuelle des taux dès le mois de Septembre 2015.

La Fed cherche à faire remonter les taux en douceur

Néanmoins, cette première hausse des taux sera difficile à négocier après une période si longue de taux bas. Le véritable danger pour la Fed est de remonter trop tôt les taux d’intérêt.

« L’histoire n’a pas été tendre avec les tentatives de supprimer de manière prématurée une politique monétaire accommodante dans une économie qui se trouve ou qui est près d’une trappe à liquidité« , a déclaré le Président de la Federal Reserve Bank de Chicago, Charles Evans, dans un discours l’an dernier. Il a poursuivi en décrivant le scénario que les décideurs voudraient à tout prix éviter :

« Si nous devions présumer prématurément que l’économie américaine a retrouvé sa vitesse de croisière et réduire la politique monétaire accommodante trop tôt , nous pourrions nous trouver dans la position très inconfortable d’avoir à abaisser de nouveau les taux à des niveaux proches de zéro, alors que nous venions tout juste de les remonter. »

Pour cette raison, la Fed a insisté sur le fait qu’ils ne pourront pas relever les taux directeurs avant d’avoir l’assurance que la croissance économique ait suffisamment d’élan pour générer le plein emploi et un taux d’inflation proche de 2 %.

Les membres de la Réserve fédérale se sont donnés beaucoup de mal pour rassurer les intervenants des marchés financiers en leur promettant qu’ils allaient procéder avec prudence et faire en sorte que la remontée des taux soit très douce afin que l’économie puisse faire face à un niveau plus élevé des taux d’intérêt.

Lors de la conférence de presse trimestrielle après la réunion du FOMC du 17 Juin, Janet Yellen a déclaré que la question n’était pas tellement de savoir quand la première hausse des taux se produirait (c’est-à-dire au mois de septembre ou décembre 2015, ou plus tard en mars 2016) mais plutôt à quel rythme graduel. Son insistance sur le mot « graduel » est telle que les observateurs de la Fed comptent désormais le nombre de fois qu’elle utilise ce mot dans une heure au cours des conférences de presse. En Juin 2015, Stanley Fischer, vice-président de la Fed, a déclaré que « décollage » (‘lift-off’) n’est pas un terme approprié pour la hausse des taux car la Banque centrale envisagerait plutôt une remontée en rampant (‘crawling’), c’est-à-dire des hausses de taux graduels et progressifs. Le 15 Juillet 2015, la présidente Yellen a insisté sur l’idée qu’une remontée des taux plus tôt que tard faciliterait la mise en place d’une série de hausses peu pentues.

Les spéculations vont bon train quant à la date à laquelle la Réserve fédérale commencera son cycle de hausse des taux. La plus récente réunion du Federal open market committee (FOMC) du 29 juillet 2015 n’a pas débouché sur l’indication qu’une remontée du taux des fonds fédéraux serait imminente, mais il reste une éventualité que la Fed remonte son taux directeur soit en septembre, soit en décembre 2015. La décision dépendra des  données  économiques.

Il ya eu cinq cycles de hausses de taux directeurs par la Réserve fédérale depuis 1980 – ceux-ci sont présentés dans le tableau 2 ci-dessous :

redo2

L’intrigue autour du graphique à points…

Depuis 2012, la Fed publie un « graphique à points » dans son résumé de projections économiques. Ce graphique à points est un tableau qui montre (de manière anonyme) les prévisions de chaque membre du FOMC pour le niveau des taux directeurs dans les mois et années à venir.

Dans le tableau 3 ci-dessous, nous montrons le graphique à points le plus récent qui date de la réunion du Comité fédéral de l’open market (FOMC) en juin 2015. La projection médiane de l’endroit où les décideurs politiques pensent que le taux des fonds fédéraux terminera l’année 2015 a glissé vers le bas au cours de l’année 2015.

Le dernier graphique à points montre que les 17 membres du FOMC prévoient que le taux des fonds fédéraux approprié pour la fin de 2015 devrait être inférieur à 1 %, avec une moyenne des membres s’attendant à un niveau des taux compris entre 0,5 % et 0,75 %. Cela tendrait à  signaler qu’une fin de la politique des taux ultra-bas soit encore envisageable cette année.

Tableau 3 : graphique à points du FOMC, le taux cible des fonds fédéraux en fin d’année, publié en juin 2015

FINAL

Source: Bloomberg, BNPP IP, 24/06/2015

Les événements de l’été 2015 ont reduit la probabilité d’une hausse des taux directeurs aux États-Unis en 2015….

Il nous semblerait que les événements au cours de l’été 2015 aient réduit la probabilité d’une hausse des taux directeurs au mois de septembre 2015. Parmi les facteurs qui pourraient amener la Réserve Fédérale à repousser une augmentation des taux directeur jusqu’à décembre, ou même jusqu’à l’année prochaine, nous citerions les suivants:

  • La débâcle sur les marchés d’actions a réduit la probabilité d’une hausse des taux par la Réserve Fédérale. Le Président de la Réserve Fédérale de New York, William Dudley, l’a reconnu le 26/08/15 lors d’un discours: “Actuellement, la décision de démarrer le processus de la normalisation des taux lors de notre réunion du 16-17 septembre me semble moins pressante qu’elle ne l’était il y a quelques semaines de cela. »
  • Les pressions inflationnistes se distinguent toujours par leur absence aux États-Unis. Le taux d’inflation annuel atteint à peine 1% actuellement, par rapport à un objectif de 2%. Les prix de plus de la moitié des composants de l’indice des prix ont baissé sur les six derniers mois – une première depuis dix ans. Le marché table sur un taux d’inflation de moins de 2% pendant les dix années à venir. La situation en Chine est en train de créer de nouvelles pressions déflationnistes.

Avant la réunion de la Réserve Fédérale du 29/07/15, le marché évaluait à 50% la probabilité d’une hausse des taux au mois de septembre.  Depuis, d’après les contrats du marché sur les taux courts, la probabilité d’une remontée des taux directeurs serait tombée à 25%.

 

Article écrit le 20/07/15 et remis à jour le 27/08/15

Andrew C. Craig

Head of Financial Market Analysis & Publications

Leave a reply

Your email adress will not be published. Required fields are marked*