Les Perturbateurs endocriniens : une menace encore sous-estimée

Post with image

Pesticides et engrais : des dangers pour l’Homme ?

De nombreuses substances chimiques synthétiques ayant des effets perturbateurs sur le système endocrinien pourraient avoir de graves conséquences sanitaires, prévient le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Ces perturbateurs endocriniens sont présents notamment dans les pesticides et engrais. La FAO (Food Agriculture Organisation) et l’ONU alertent la communauté internationale sur les dangers qu’ils font courir sur la santé. En effet, certaines substances entrant dans leur composition sont hautement toxiques.

Par ailleurs, les engrais et fertilisants chimique peuvent dégrader l’environnement et contaminer les nappes phréatiques.

Phtalates, parabène, bisphénol A : ce sont les noms savants des perturbateurs endocriniens les plus répandus derrière lesquels se cachent des dangers sournois

Leur existence a été identifiée et étudiée dans les années 70 par Théo Colborn, zoologiste et épidémiologiste américaine, dans le cadre de ses recherches sur les maladies touchant la faune des grands lacs américains.

Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques de synthèse, pour la plupart créées par l’Homme. Ils sont la cause de dérèglements dans les fonctions hormonales et de reproduction chez les êtres humains et les animaux. Ils modifient la synthèse, la dégradation, le transport et l’action des hormones. Ils agissent de deux façons : soit ils se substituent aux hormones, soit ils bloquent leur action.

Ils peuvent agir même à faibles doses et l’association de différents perturbateurs endocriniens peut, par « effet cocktail », se révéler particulièrement néfaste.

Leur action n’est pas immédiate ; il existe des effets latents à long terme, qui peuvent même traverser les générations (effets dits trans-générationnels, notamment par empoisonnement in utero).

Les perturbateurs endocriniens sont partout

On les retrouve dans les produits d’origine chimique tels que les pesticides, les métaux, les plastiques, les produits de nettoyage ou les emballages alimentaires. Ils sont également présents dans la composition de nombreux articles utilisés au quotidien, tels que les médicaments et les cosmétiques.

Les risques sur la santé commencent à être mieux connus

L’Homme y est particulièrement exposé par la nourriture et l’eau qu’il ingère, l’air qu’il respire. D’après des études scientifiques, les perturbateurs endocriniens ont des incidences sur la concentration du sperme en spermatozoïdes, qui aurait chuté d’environ 40% depuis 1989. Les enfants sont les plus vulnérables ; on constate notamment des retards dans le développement de l’appareil neurologique et des organes génitaux chez les garçons. Par ailleurs, l’exposition aux perturbateurs endocriniens peut engendrer des maladies telles que cancers, asthme, diabètes de type 2, obésité ou troubles du comportement (hyperactivité). Ils seraient également des facteurs favorables à l’apparition des maladies d’Alzheimer et de Parkinson.

La règlementation n’est pas encore à la mesure des enjeux de santé publique qu’ils impliquent

L’OMS, l’UNEP, la FAO, la Commission Européenne ainsi que différents Etats s’accordent pour dire qu’il faut prendre des mesures contre l’utilisation des perturbateurs endocriniens. En France, les phtalates et les parabènes ont été interdits en 2011 et le bisphénol A – pour ce qui concerne les contenants alimentaires – depuis janvier 2015.

Une alternative aux pesticides et aux engrais chimiques

La solution aux risques que font peser les pesticides et les engrais chimiques sur la santé et l’environnement est le développement de substances de substitution dites « responsables » et notamment biologiques. Certaines sociétés, comme Marrone Bio Innovation, conçoivent et vendent des bio pesticides. La société utilise des substances naturelles pour protéger les récoltes des nuisibles, telles que des bactéries, des extraits de plantes ou encore des phéromones.

Alexandre Jeanblanc

Investment Specialist, SRI

Leave a reply

Your email adress will not be published. Required fields are marked*