Signes de relance économique en Indonésie

Post with image

Les voyants de l’économie indonésienne sont au vert : les indicateurs montrent des signes de reprise, à la faveur de la mise en œuvre d’un premier volet du plan de relance adopté par le nouveau gouvernement du Président Jokowi. Les investisseurs se sentent encouragés, dans la mesure où le pays s’attaque aux défis auxquels il est confronté, notamment en donnant un coup de fouet au développement des infrastructures. Le récent raffermissement de la roupie indonésienne a également dopé la confiance des investisseurs (voir graphique 1 ci-dessous). Aussi, le FMI a-t-il récemment revu à la hausse ses prévisions de croissance du PIB pour 2016 à 5,1 %, un pourcentage proche de notre pronostic à 5,2 %. Par ailleurs, les points d’entrée des actions indonésiennes sont, selon nous, attractifs pour les investisseurs à long terme en quête de rendement.

 

Graphique 1 : la roupie indonésienne s’est appréciée par rapport au dollar américain début octobre 2015 (le graphique montre le taux de change de la roupies indonésienne pour 1 dollar USD pour la période du 01/05/14 jusqu’au 09/11/15).

FR - Indonesia

Source : Bloomberg, BNP Paribas Investment Partners, au 09 novembre 2015

 

Un plan de relance prometteur

Depuis septembre, le gouvernement annonce des mesures de soutien et de dérégulation afin d’accroître le pouvoir d’achat intérieur, de favoriser l’investissement privé et de soutenir la monnaie nationale (voir graphique 2 ci-dessous).

Graphique 2 : les cinq volets du plan de relance

IndFR

Source : Bloomberg, BNP Paribas Investment Partners, octobre 2015
(REIT – ‘Real Estate Investment Trust’)

Nous pensons que ces décisions constituent un réel soutien à l’économie et devraient stimuler les entrées de capitaux à moyen et à long terme.

Dépenses en infrastructures en forte hausse

Le rythme des dépenses gouvernementales dans ce domaine devrait s’accélérer pour s’élever à au moins 90 % du budget 2015, ce qui devrait huiler les rouages de l’économie indonésienne à long terme. Le budget 2016 repose sur cette progression, d’autant plus qu’une plus grande priorité sera accordée aux investissements publics dédiés à l’infrastructure. Le ministère en charge des Travaux Publics a déjà lancé des appels d’offres pour 2016 afin de garantir le décaissement du budget et les mises en chantier plus tôt que prévu.

Trois principaux facteurs en faveur d’une reprise économique progressive

Premièrement, nous pensons que la croissance du PIB, soutenue par les dépenses gouvernementales, pourrait s’accélérer au quatrième trimestre de 2015 et atteindre 5,2 % d’ici 2016 (voir graphique 3 ci-dessous).

Graphique 3 : PIB trimestriel de 2010 à 2016 (en %)

IndFR2

Source : Bloomberg, BNP Paribas Investment Partners, octobre 2015

Deuxièmement, les dépenses de consommation privée, qui représentent 60 % du PIB, pourraient repartir à la hausse jusqu’à la fin de l’année 2015 dans un contexte de stabilité monétaire. Depuis début octobre, la roupie s’est appréciée en raison de la stabilisation du prix du pétrole, du report du durcissement monétaire aux États-Unis et de l’intervention de la Banque d’Indonésie. Il convient de noter que la solidité de la roupie est un des facteurs de soutien les plus importants du regain de confiance des investisseurs dans les actions indonésiennes.

Dernier élément, mais non des moindres, la baisse du déficit courant constitue un signe encourageant. Cette diminution résulte de l’excédent commercial et des effets de la réduction des subventions sur le carburant de cette année. Selon nous, elle devrait tenir l’économie indonésienne à l’abri des incidences négatives d’un éventuel relèvement des taux américains.

L’inflation plus faible ouvre la voie à une baisse précoce des taux

En septembre, l’inflation est revenue à 6,8 % en glissement annuel, contre 7,2 % en août, sur fond de baisse des prix de l’alimentation et du transport. Nous pensons que l’inflation devrait reculer davantage, à quelque 4 %, conformément à l’idée de la banque centrale que l’intensité des pressions inflationnistes a diminué. L’amélioration de la stabilité macroéconomique, associée aux récentes appréciations de la roupie, donne plus de latitude pour une baisse des taux précoce. Selon nous, le lancement d’un cycle d’assouplissement monétaire pour 2016 jouera un rôle crucial dans la progression de la consommation et donc, de la croissance économique.

Les valorisations attractives offrent des points d’entrée intéressants

Selon nous, les estimations du consensus sur la croissance bénéficiaire des entreprises restent prudentes. Au fur et à mesure de l’accélération du processus de réformes, les bénéfices devraient augmenter progressivement, de sorte que la croissance bénéficiaire devrait atteindre de 10 à 13 % d’ici 2016, notamment dans les entreprises bien gérées, opérant dans les secteurs tels que l’infrastructure, la construction, l’immobilier et les services aux collectivités.

Compte tenu de ces prévisions de croissance, les actions indonésiennes présentent un PER (Ratio cours/bénéfices, données au 30 septembre, Crédit Suisse, estimations d’IBES) de 11,8x pour 2016, c.-à-d. en deçà de leurs homologues d’Asie-Pacifique et des pays de l’ASEAN. Quant au rendement des capitaux propres estimé pour 2015 à 17,4 %, il reste nettement supérieur à la moyenne des autres, à
11,6 %.

Nous sommes convaincus que la croissance bénéficiaire positive ainsi que les signes de relance économique pour les prochains mois constituent une opportunité pour les investisseurs à long terme.

Image : Jakarta, L’Indonésie
Aliyahdin Saugi

Head of Indonesian equities at BNP Paribas Investment Partners

Leave a reply

Your email adress will not be published. Required fields are marked*